Pax Arctica's Blog

Tuesday, July 31, 2007

Ladybugs in Greenland!! - Coccinelles au Groenland!!



Here she is, as seen in Traill, a 15’ flight from Mestersvig in Easter Greenland.
Scientists are worried that global warming is responsible for advancing the onset of spring for several species in the high arctic by more than a month. Indeed it is now documented by the GREA, the National Environmental Research Institute in Denmark and other scientists that some of the arctic plant, animal and insect species start their summer cycle more than a month earlier than a decade ago.


La voila, sur l’île de Traill, à 15 minutes de vol de Mestersvig à l’est du Groenland.
Les scientifiques craignent que le réchauffement climatique ne soit responsable de l’avancement, de plus d’un mois, du début du printemps pour plusieurs espèces dans le haut de l’Arctique. Il est maintenant prouvé par le GREA, le National Environmental Research Institute au Danemark et d’autres scientifiques que certaines plantes, animaux et insectes de l’arctique commencent leurs cycles de l’été un mois plus tôt qu’il y a dix ans.

Monday, July 30, 2007

Antarctica, the Global Warning...




A magnificent book that you may want to consider purchasing. Mikhail Gorbachev, founder and chairman of Green Cross International wrote the foreword, Leonardo di Caprio the introduction. Green Cross International is the NGO partner of the Sagax REVO Greenland expedition. Both Sebastian Copeland and Leonardo di Caprio are on the Board of Trustees of Global Green USA, the US arm of Green Cross International:
http://www.amazon.com/exec/obidos/search-handle-url/...


Un très beau livre que vous devriez penser à acheter. Mikhail Gorbachev, fondateur et président de Green Cross International, a écrit l’avant-propos, Leonardo di Caprio l’introduction. Green Cross International est l’ONG partenaire de l'expédition Sagax REVO au Groenland. Tous les deux, Sebastian Copeland et Leonardo di Caprio sont dans le conseil d’administration de Global Green USA, le bras américain de Green Cross International: http://www.amazon.com/exec/obidos/search-handle-url/...

Sunday, July 29, 2007

Lucy ready to take-off - Lucy prête à repartir



"Lucy", a long-tailed skua, is about to be released after having been fitted with a radio transmitter, near Mestersvig (northeast Greenland). Lucy is the first bird of the season that our expedition did fit with a radio transmitter (on July 2, 2007)
"


"Lucy", un Labbe à longue queue, est sur le point d’être libéré après avoir reçu un transmetteur radio près de Mestersvig (Nord est du Groenland). Lucy est le premier oiseau de la saison que notre expédition a équipé d’un radio transmetteur (le 2 juillet 2007)

Saturday, July 28, 2007

Polar bear encounters... - Rencontre avec les ours polaires...




While on the Henrik Krøyer Holme islands, we did see polar bears on 10 occasions, over a period of 5 days. We saw 4 on one single occasion. Two bears came VERY close (12 meters!) to our camp (curious, attracted by the smell of “saucisson”, or hungry from limited seal supply on the sea ice, we will never know). What we know is that they became quite threatening and we had to use our flares and guns to scare them away (we would of course shoot to kill only as a last resort, and not as a macho show of shooting talent. So that’s a total of 13 individual bears (we saw one twice, for sure – we know that from a scar on its right side).

All information and observations on bears (date/location seen, photos, videos, etc.) will be sent to Denmark for determination of sex, size, etc. All information is of interest, for example the fact that we did not see females with cubs.


Pendant que nous étions sur l’île Henrik Krøyer Holme, nous avons vu des ours polaires à 10 reprises, sur une période de 5 jours. Nous en avons vu 4 en une seule fois. Deux ours sont venus très près (12 mètres!) de notre camp (curieux, attirés par l’odeur du saucisson, ou affamés par le manque de phoques sur la banquise, nous ne le saurons jamais). Nous savons qu’ils sont devenus menaçants et nous avons dû utiliser nos fusées de détresse et nos fusils pour les effrayer (Bien sûr nous n’aurions tiré pour les tuer qu’en dernier ressort, et non pas pour montrer nos talents de tireurs). Cela fait un total de 13 ours (nous en avons vu un deux fois, nous en sommes sûr car il a une cicatrice sur le côté droit).
Toutes les informations et les observations sur les ours (date, localisation, photos, vidéos, etc.) vont être envoyées au Danemark pour déterminer le sexe, la taille, etc. Toutes les informations sont intéressantes comme par exemple le fait que nous n’ayons pas vu de femelles avec des petits.

Friday, July 27, 2007

The Northermost landmass on Earth! - Le territoire le plus au nord de la terre!




On July 5, 2007 Ben (our pilot-guide extraordinaire) and I reached Kaffeklubben (Greenland), the northernmost documented island and land mass in the world. We landed with a powered paraglider -- a world's first!. The “summit” (alt. 20m) of the island is located at: N 83º39.696’ and W030º36.592’. Over the last 30+ years there have been several more or less legitimate “discoveries” of new “islands” in this region. We did survey the area extensively ourselves with the paraglider, combining higher altitude and very low alt. flights, and did not find any piece of land which could qualify as an island. However year after year, one can find masses of rocks caught in the sea ice (we did see a few floating rocks here and there). Typically these rocks tend to move around and disappear the year they surface or several years after. So watch for claims of discoveries, especially when they are too easily linked to global warming as the culprit (otherwise a very serious matter). More pictures and discussions on that subject at Northernmost Photos.



Le 5 juillet 2007, Ben (notre extrordinaire pilote et guide) et moi atteignons Kaffeklubben (Groenland), la plus au nord des l’îles et masses terrestres connues du monde. Nous atterrissons avec un parapente motorisé, une première mondiale! Le sommet (alt. 20m) est situé à: N 83º39.696’ et W030º36.592’.
Pendant ces 30 dernières années il y a eu plusieurs “découvertes” plus ou moins légitimes de nouvelles “îles” dans cette région. Nous avons survolé nous aussi la zone avec le para-moteur en combinant des altitudes élevées et basses et nous n’avons pas trouvé de territoire qui pouvait être qualifié d’île. Cependant année après année, nous pouvons trouver des rochers pris dans la banquise (nous avons vu flotter des rochers ici et là). Typiquement ces rochers tendent à se déplacer et à disparaître de la surface en quelques années. Soyez attentifs lors des revendications de découvertes, spécialement quand il est trop facile de montrer le réchauffement climatique comme coupable. Plus de photos et de discussions sur ce sujet sur Northernmost Photos.

Thursday, July 26, 2007

Green Cross, climate change and Darfur? - Green Cross, Changement climatique et Darfour?



Interesting story in the New York Times July 22, 2007... The role of climate change in world conflicts, poverty... exactly the mission of Green Cross International, our partner in the Sagax REVO Greenland expedition 2007. See for complete article: Sudan New York Times.pdf


Une histoire intéressante dans le New York Times du 22 juillet 2007... Le rôle du changement climatique dans les conflits mondiaux, la pauvreté... Exactement la mission de Green Cross Internationnal, notre partenaire de l'expédition Sagax REVO Groenland 2007. Cliquer pour l’article: Sudan New York Times.pdf

Wednesday, July 25, 2007

Naturalist Report!! - Observations de naturaliste!!



Here is a more detailed report on some of our work while in Greenland. Dr. Olivier Gilg, Dr. Adrian Aebischer and Brigitte Sabard and the rest of our group (including children!), proceeded to make numerous naturalists observations and specimen collections during this first month of expedition. Some examples:

Polar bear: we did see polar bears on 10 occasions, over a period of 5 days at Henrik Kroyer Holme islands in north east Greenland. We saw 4 on one single occasion. So that’s a total of 13 individual bears (we saw one twice, for sure – we know that from a scar on its right side). All information and observations on bears (date/location seen, photos, videos, etc.) will be sent to Denmark for determination of sex, size, etc. All information is of interest, for example the fact that we did not see females with cubs.

Walrus:
we saw 25 walruses in the polynia [Polynia is an area of open water amidst ice. A Russian word Полынья for a hole in the ice was adopted in the 19th century by polar explorers to describe navigable portions of the sea.[1] It was then rumoured that there was open sea around the North Pole, which was referred to as Polynia, or Kane’s Polynia. “The mystic Polynia, the open sea to the North of Siberia.”[2] The search for this Polar Sea is related to, and comparable with that for the North-West Passage. It is now used as geographical term for areas of sea in Arctic or Antarctic regions which remain unfrozen for much of the year. – source: Wikipedia] of Antarctic Bugt near Henrik Kroyer Holme islands, including a group of 9. All info on observations + pictures will be sent to Denmark.


Whale: we were a little bit early to see whales near Henrik Kroyer Holme islands: too much ice, too early in the season. However we did see one (and photographed it) from the plane (Twin Otter) as we were flying from the islands to the coast towards Station Nord. This is very interesting as there have been only 25 observations of these whales in 100 years. Three have been seen in the polynia near Henrik Kroyer Holme islands in 2003 by our group (GREA/Ecopolaris). It seems that these islands are in a privileged zone for this species and is one of the best spots in NE Atlantic for them. So other scientists working with whales should probably come here vs. the Spitzberg region when doing biopsies. In August, the GREA/Ecopolaris team will continue its efforts to locate whales and will attempt to take biopsies using the crossbow that we had with us.

Birds:
Brent Geese: According to Dr. Olivier Gilg of GREA/Ecopolaris, the most interesting observation of the trip was to see Brent Geese birds where we were: 1 - At Station Nord (flying) 2 - On our way to Henrik Kroyer Holme islands (20-25 individuals) 3 - But the most important find was to see 14 individuals on Kaffekkluben island (the northernmost island in the world). This species was in this region earlier in the 20th century but had not been observed since. One can speculate that the protection of the Brent Goose in Europe has helped the population to increase and that this is why there are more often spotted in nesting areas.

Pink-footed goose:
Thanks to our paraglider we did were able to see a group of approx. 500 individuals in the Bliss Bugt area, in addition to 10 groups of approx. 50 seen on other occasions. So it looks like at least 1000 individuals were in the Bliss Bugt area while we were there. They had been seen before in this region but never in such large groups. East Greenland might be becoming a molting area for these geese. Pink-footed geese come from Iceland just to molt, not to nest.

Great Skua:
Our group also spotted a great skua on the main island of the Henrik Kroyer Holme islands group (rare in this area).

Tracking birds:

One of the objectives of the expedition was to continue the work of the GREA/Ecopolaris in tracking certain populations of birds over long periods by fitting them with radio transmitters. Two long-tailed skuas were fitted (one near Mestersvig and one in the Bliss Bugt area, certainly the northernmost bird ever fitted with a tracking transmitter) and over a dozen ivory gulls. These important fittings have already allowed the tracking of these birds over their (sometime far away) travels across the Arctic (using the Argos system).


Expedition Report:


Once this scientific trip is over for the scientific team (end of August 2007), the GREA will collect all the information on observations and will continue its work toward putting together the first monograph of all species of the National Park of Greenland (birds, mammals, etc.)


Double Top observations


Using the backbone of our expedition as a useful and symbolic trajectory , i.e., going from the region of the highest point in the Arctic (Mt Gunnbjørnfjeld = 3693m) to the Northernmost island in the world (Kaffeklubben in northern Greenland), our team made very interesting observations and discoveries: we where able to spot and collect lichen specimens near the summit of Mt Gunnbjørnfjeld, we saw the northernmost ever flock of Brent Geese on land and we collected the Northernmost arctic poppy, purple saxifrage and lichens on earth! Time will tell if these are important discoveries… Lichen specimens will be sent to Copenhagen (Denmark) and moss specimens to Oslo (Norway) Flowers and plants collected in the Bliss Bugt region and on Kaffeklubben island (the northernmost island on earth) will be analyzed (DNA) for history and future (circumpolar project between international scientists).

What’s next for August?


The GREA/Ecopolaris team, the scientific arm of the Sagax REVO Greenland Double Top expedition, will continue on its own, traveling through other areas of eastern Greenland. On their naturalist list:
1] Whale observations and collecting of skin specimens (using crossbows) for DNA testing and population analysis 2] Collecting of flower, plants, lichens, moss samples for cataloguing and analysis 3] Census of bird colonies and individuals and long-term evolution: Arctic stern, Glaucous gull, Skua, etc. 4] Census of lemming population We’ll report as new findings are made and conclusion drawn. Watch for articles in specialized AND general public media.


Voici un premier compte-rendu de notre travail de recherche au Groenland. Olivier Gilg, docteur en écologie, Adrian Aebisher chercheur, Brigitte Sabard et le reste de notre équipe, y compris les enfants, y font quelques observations sur la faune et la flore observées pendant ce mois d’expédition :


Ours polaires
Nous avons eu l’occasion d’apercevoir des ours polaires à 10 reprises, lors de notre séjour dans les îles Henrik Kroyer Holme. Nous avons eu la chance d’en voir 4 en une seule fois. Au total, nous avons vu 13 ours polaires (nous avons vu l’un d’entre eux deux fois. Sa cicatrice sur le visage nous a permis de l’identifier avec certitude). Toutes les informations et les observations sur les ours polaires (date et lieu de repérage, photos, vidéos…) seront envoyées au Danemark afin de déterminer le sexe, la taille… des ours polaires. Chaque détail a son importance, comme le fait que nous n’ayons vu aucune femelle avec un petit.

Morses

Nous avons aperçu 25 morses dans les polynies de l’Antarctique, près des Iles Henrik Kroyer Holme, dont un groupe de 9 morses. Toutes les informations et les photos seront envoyées au Danemark.
(Une polynie est une zone d’eau libre au milieu de la banquise. Le terme russe, « Полынья”, a été adopté au XIXème siècle par les explorateurs des régions polaires pour désigner un trou dans la glace. La rumeur s’était répandue alors, que la mer entourant le Pôle Nord était navigable. On appelait cet espace « Polynia », « Kane’s Polynia », ou « la mystérieuse Polynia, la mer ouverte au Nord de la Sibérie. » La quête de cette Mer Polaire est comparable à celle du Passage du Nord-Ouest. Aujourd’hui, une polynie est un terme géographique utilisé pour désigner une zone qui se maintient libre de glace, ou couverte d'une couche de glace très mince, et située au milieu de la banquise en Arctique ou en Antarctique.) (source wikipedia)

Les baleines

Il était un peu tôt pour apercevoir des baleines près des Iles Henrik Kroyer Holme ; trop de glace et trop tôt dans la saison. Nous avons quand même eu la chance d’en voir (et photographier) une depuis notre avion (Twin Otter), lorsque nous revenions des Iles vers la Station Nord. C’est très intéressant car il n’y a eu que 25 observations de ces baleines au cours des cent dernières années. Trois ont été vues dans la polynie près des Iles Henrik Kroyer Holme, en 2003 par le GREA (écopolaris). Il semble que ces îles soient une zone privilégiée pour ces espèces, l’un des meilleurs endroits de l’Atlantique Nord Est pour elles. Ainsi, les autres scientifiques qui pratiquent des biopsies sur les baleines devraient probablement se rendre dans cette région, plutôt que dans la région du Spitzberg.
En août, l’équipe du GREA/Écopolaris va poursuivre ses efforts pour localiser des baleines et tenter de réaliser des biopsies, en utilisant l’arbalète que nous avions avec nous.

Les oiseaux

Bernache Cravant :
Selon Olivier Gilg, du GREA/Écopolaris, voir des Bernache Cravant depuis notre site était la découverte la plus intéressante de notre voyage. Nous en avons aperçu : 1) À la station Nord (en vol) 2) Sur notre route vers les îles Henrik Kroyer Holme (20/25 oiseaux) 3) Mais la plus importante découverte était de voir 14 oiseaux dans les îles Kaffekkluben (le point le plus au Nord sur notre planète). Ces espèces vivaient dans cette région au début du XXème siècle mais n’avaient plus été repérées depuis. On peut avancer que la protection des Bernaches Cravant en Europe a permis son accroissement et c’est pourquoi ils s’installent de plus en plus dans ces zones de nidification.

Oie à bec court:

Grâce à notre expert en paramoteur, nous avons pu apercevoir un groupe de près de 500 Oies à bec court, dans la région de Bliss Bugt, en plus de dix autres groupes de 50 oiseaux à d’autres occasion. On peut ainsi dire qu’il y avait près de 1000 Oies à bec court dans la région de Bliss Bugt, lorsque nous y étions. Elles avaient déjà été repérées dans la région, mais jamais dans un tel nombre. L’Est du Groenland serait peut-être entrain de devenir une région de mue pour ces Oies à bec court. Elles viennent d’Islande pour muer et non pour nicher.


Labbe à longue queue

Notre équipe a également aperçu un Labbe à longue queue sur l’île principale de l’archipel Henrik Kroyer Hokme (rare dans cette région).


Le pistage des oiseaux

L’un des objectifs de cette expédition était de poursuivre le travail du GREA/Écopolaris dans le pistage de certaines espèces d’oiseaux sur de longues périodes, en les équipant de radio transmetteur. Deux Labbes à longue queue ont été équipées (l’une près de Mestersvig et l’autre dans la région de Bliss Bugt, certainement l’oiseau le plus au Nord qui n’ait jamais été équipé de radio transmetteur) et plus d’une douzaine de mouettes ivoires. Ces importants équipements ont déjà permis le pistage de ces oiseaux sur leur (parfois très long) voyage à travers l’Arctique (grâce au système Arcos).

Compte-rendu de l’expédition

Une fois que le voyage de l’équipe scientifique sera terminé (fin août 2007), le GREA va utiliser toutes les informations et observations recueillies pendant l’expédition pour réaliser son objectif: écrire la première monographie sur toutes les espèces du Parc National du Groenland (oiseaux, mammifère…).

Observation sur les « deux sommets »

Du sommet de l’Arctique (Mt Gunnbjørnfjeld = 3693m) au point le plus au Nord sur terre (Kaffeklubben dans le Nord du Groenland), notre itinéraire, ambitieux et symbolique, a permis à notre équipe de faire de très intéressantes observations et découvertes. Nous avons pu repérer et recueillir des échantillons de lichen près du Sommet du mont Gunnbjørnfjeld. Nous avons vu la volée de Bernache Cravant la plus au Nord et avons même pu recueillir les échantillons de coquelicot, de saxifrage et de lichen les plus au Nord sur Terre! Le temps nous dira si ces découvertes sont importantes… Les échantillons de Lichen seront envoyés à Copenhague (Danemark) et les échantillons de mousse à Oslo (Norvège). Les fleurs et les plantes recueillies dans la région de Bliss Bugt et sur l’île de Kaffeklubben (l’île la plus au Nord sur notre planète) seront analysées (ADN) pour l’Histoire et l’avenir (projet circumpolaire entre des scientifiques internationaux).

Quel projet pour le mois d’août
?

Les membres du GREA/Écopolaris, l’équipe scientifique de l’expédition Sagax Revo « Double Top », vont poursuivre de leur côté leurs recherches dans d’autres régions de l’Est du Groenland. Voici leur programme : 1) Observation des baleines et collecte d’échantillons de peau (grâce aux arbalètes) pour des tests d’ADN et des analyses 2) Collecte de fleurs, plantes, lichens et mousses pour faire des classements et des analyses 3) Recensement des colonies d’oiseaux et de leurs évolutions sur le long terme : Sterne Arctique, goéland bourgmestre, Labbe à longue queue… 4) Recensement de la population de lemming Nous ferons un rapport sur leurs nouvelles recherches et sur les conclusions rendues.

Tuesday, July 24, 2007

Global or local warming? - Réchauffement mondial ou local?




Photo: Flaam and Ainhoa Hardy on a local “hunting” trip with Essa . Local hunters complain that the ice melts sooner and sooner every year, shortening their hunting season. It also creates risks: accidents and drowning as dogs and sleds fall through the ice... The goal of the expedition was not to prove anything but to observe and listen. During our interactions with locals and foreigners we noted several indications of at least “local” warming over the years:

- In Ittoqqortoormit (pop. 500), the head of the local grocery store is happy that the ship delivering goods (coming twice a year), is coming two weeks sooner because the sea ice around the village has melted sooner than usual over the last few years.
- A Danish teacher and his wife and young boy going back to Denmark for a month of vacation: He says they are less polar bears in the area. A few years ago locals could hunt as many bears as they wanted. Now the quota is 30 bears for the village but they caught only 25 so far for the year.
- Over 20 years of coming in the Arctic and in Eastern Greenland, Dr. Olivier Gilg, the chief scientist of the Sagax REVO expedition notes that at the maximum melting of the sea ice in early September, the remaining sea ice was south of Ittoqqortoormit (Scoresby Sund) and that it is now north, a clear sign of warming
- After having analyzed 20 years of satellite pictures, Adrian, head of mining exploration at the Citron Fjord mine in northern Greenland notes that the ice in the fjord has been melting sooner and sooner every year (i.e., less ice in the fjord at the same date every year)
- A Greenlander (resident of Nuuk) we stayed with for a few days says she feels signs of warming compared to a few years ago: years ago they had lots of snow in Nuuk, now they get much less.
- Talking to another group of naturalists on Traill island (NE Greenland), they tell us that they have not seen any lemmings or skuas yet this year. They guess that because the climate has been warming up, other species show up and there is a change in the ecosystem


Photo: Flaam et Ainhoa Hardy en voyage pour la “chasse” avec Essa. Les chasseurs locaux se plaignent que la glace fonde de plus en plus tôt chaque année, raccourcissant la saison de chasse. Cela créé aussi des risques: d’accidents et noyade quand les chiens et les traîneaux passent à travers la glace... Le but de cette expédition n’était pas de prouver quelque chose mais d’observer et d’écouter. Pendant nos échanges avec les locaux et les étrangers, nous avons noté plusieurs indices au moins “locaux” du réchauffement au cours des années.

- A Ittoqqortoormit (pop. 500), le chef de l’épicerie locale est heureux car les livraisons de produits (qui se font deux fois par an), arrivent deux semaines plus tôt parce que la banquise autour du village plus fond vite ces dernières années.

- Un professeur Danois, sa femme et leur jeune garçon rentrent d’un mois de vacances au Danemark: Il dit qu’il y a moins d’ours polaires dans cette zone. Il y a quelques années les locaux pouvaient chasser autant d’ours qu’ils le voulaient. Maintenant le quota est de 30 ours pour le village mais ils en ont attrapé seulement 25 à ce moment de l’année.

- Les 20 années pendant lesquelles il est venu en Arctique et à l’est du Groenland, le Dr. Olivier Gild, le chef scientifique de l’expédition Sagax REVO, a noté que l’endroit le plus haut où il a rencontré de la banquise en septembre se trouvait au sud de Ittoqqortoormit (Scoresby Sund) alors que maintenant c’est au nord. C’est un signe clair de réchauffement climatique.

- Après avoir analysé 20 années de photos satellites, Adrian, chef d’une exploration minière à la mine de Citron Fjord au nord du Groenland remarqua que la glace dans le fjord fondait de plus en plus tôt chaque année (i.e., moins de glace dans le fjord à la même date chaque année)

- Une Groenlandaise (habitant à Nuuk) où nous sommes restés quelques jours, dit qu’elle sent des signes du réchauffement climatique par rapport aux années précédentes. Avant ils avaient beaucoup de neige à Nuuk, maintenant il y en à moins.

- En parlant avec un autre groupe de naturalistes sur l’île de Trail (NE Groenland), ils nous ont dit qu’ils n’avaient pas encore vu de lemmings ou de labbes cette année.
Ils supposent c’est en raison du réchauffement climatique que d’autres espèces ont été aperçues, il y aurait donc un changement dans l’écosystème.

Monday, July 23, 2007

Carbon Neutral -- Word of the Year!




The New Oxford American Dictionary’s Word of the Year for 2006 is Carbon Neutral...
Lots of talk but is it the/a solution? Here it is from, Michael Sandel, Harvard's political philosopher: “Carbon offsets will become, at least for some, a painless mechanism to buy our way out of the more fundamental changes in habits, attitudes and way of life that are actually required to address the climate problem.'' ''If someone drives a Hummer and buys carbon offsets to salve his conscience, that is better than driving the Hummer and doing nothing, but it would be even better to trade in the Hummer for a hybrid. The risk is that carbon offsets will make Hummers seem respectable rather than irresponsible, and distract us, as a nation, from harder, bigger changes in our energy policy.''

Saturday, July 21, 2007

From the Arctic to the hectic... - De l’Arctique à l’agitation...



I am now back to New York - left Greenland on July 18th, via Constable Pynt, Akureyri and Reykjavik. The last scenes from gorgeous glaciers (receding or not, time will tell...), seen from the Twin Otter.
We will publish a summary of the expedition and a selection of photos in the next few days, stay tuned! – – Luc


Je suis de retour à New York – j’ai quitté le Groenland le 18 juillet, via Constable Pynt, Akureyri et Reykjavik. Les dernières images splendides de glaciers prises depuis le Twin Otter.
Nous publierons un résumé de l’expédition et une selection de photos dans les jours à venir! – Luc

Sunday, July 15, 2007

Carbon neutral?



Here are interesting site you can visit to calculate your household's annual carbon footprint -- many other ideas too:
www.carbonconcierge.com

For your flights, you can use (courtesy of KDS): the Carbon Neutral company


Il y a ici des sites intéressants que vous pouvez visiter pour calculer l’emprunte carbone de votre maison — beaucoup d’autres idées sur : www.carbonconcierge.com
Pour vos vols, vous pouvez utiliser (grâce à KDS): the Carbon Neutral company

Wednesday, July 11, 2007

The weather - juste imagine being on the moon in bad weather - Le temps - imaginez vous sur la lune avec un mauvais temps

Today we were preparing to spend the day working with the Ivory Gull colony, fitting radio transmitters and checking for ring marking from previous years that indicate provenance. The morning started off with our normal breakfast routine. Brigitte continues to impress us with her culinary skills – cooking in extremely difficult conditions. We even had pancakes with Canadian maple syrup from our friends at The Ferme Van Velzen.
While getting ready we scanned the horizon looking for animals. To our surprise we saw a polar bear coming towards us from over the ice cap. As I mentioned before this something to be reckoned with. Adrian’s first suggestion was to throw stones in his direction. As we blasted away with stones in one hand and camera’s in the other, the bear continued to lumber towards us as if invited to play! This was the moment Vladimir has been waiting for ...” I want to go see him” he cried. Pandemonium! Vladimir was locked inside the caravan as the bear came within about 40 feet and stayed there for about 15 minutes watching us curiously while we took turns firing flares and bullets in the air.
We are the intruders on this island and there was no question that we would shoot a bear unless faced with the most extreme situation, but frighten him away, that’s what we tried to do. Eventually the bear turned and slowly moved back to about 150 feet for another 20 minutes before turning and leaving us for good (we hope)! The bear dove into the icy water in front of a backdrop of majestic icebergs.
We have been forewarned and from now on our guard will be up. We will only travel in groups with guns. In this rocky landscape a bear could be hiding behind almost any boulder. Tonight we will sleep, I hope, with our eyes closed but our ears open!


Aujourd’hui, nous nous sommes préparé à passer la journée à travailler sur la colonie de mouettes ivoires, à adapter les transmetteurs et à relever les bagues des années précédentes qui indiquent leur provenance. La matinée commença avec notre petit-déjeuner quotidien. Brigitte continue à nous impressionner par ses prouesses culinaires – cuisinant dans des conditions très difficiles. Nous avons même eu droit à des pancakes avec du sirop d'érable canadien qui vient de la Ferme Van Velzen.
Tout en nous préparant à partir, nous observons l’horizon à la recherche d’animaux. À notre grande surprise, nous apercevons un ours polaire qui vient dans notre direction. Comme je l’ai mentionné auparavant, nous pouvions nous attendre à ce genre de rencontres. La première suggestion d’Adrien est de lancer des pierres dans sa direction. Bien que nous l’ayons mitraillé de pierres d’une main et de photos de l’autre, l’ours continua à avancer lentement vers nous comme s’il avait été invité à venir jouer! C’est à ce moment que Vladimir s’est écrié “Je veux aller le voir”. Vacarme infernal! On a préféré enfermer Vladimir dans la caravane car l’ours s’est approché de nous à moins de 40 pieds. Il est resté là pendant une quinzaine de minutes, à nous regarder avec curiosité tandis que nous tirions des fusées de signalisation et des coups de feu en l’air.
Nous sommes les intrus sur cette île et il n’est pas question que nous tirions sur un ours si nous ne sommes pas dans une situation des plus critiques, mais nous avons essayé de l’effrayer. Finalement l’ours s’est retourné et est lentement reparti environ 150 pieds plus loin pour y rester pendant 20 nouvelles minutes avant de repartir pour de bon (nous l’espérons)! L’ours a plongé dans l’eau glaciale devant un majestueux paysage d'icebergs.
Nous sommes désormais avertis et nous resterons dorénavant sur nos gardes. Nous nous déplacerons seulement en groupe, et munis d’armes. Dans ce paysage rocheux, un ours pourrait se cacher derrière n'importe quel rocher. Cette nuit nous dormirons, je l'espère, avec nos yeux fermés mais nos oreilles ouvertes!

Tuesday, July 10, 2007

Walruses!!



As seen from he Twin Otter flying from Station Nord , walruses enjoy resting and hunting for food near the coast of Henrik Krøyer Holme island where we will be landing today...

Henrik Kroeyer Holme

We finally left this after noon for HENRIK KROEYER HOLME islands where there are several known colonies of Ivory Gulls that we hope to ring and and tag with transmitters. During our flight we saw walrus and bears.
The HENRIK KROEYER HOLME island we are on is about one mile long by one half mile wide. Its elevation is only a couple of feet above sea level. The island is all rock and surrounded by ice. In fact there is so much rock that it was almost impossible to pound the tent stakes into the ground.
The only structure on the island is a tiny caravan that is used once every two years by an employee of the weather station who comes to change the batteries on the equipment. Fortunately they leave the caravan open so we can use it as a kitchen as well as a lounge area. With the binoculars, we have sighted a polar bear about a kilometer away on the ice. As a precaution, before we go to bed we will surround the tents with a protective wire that will beep if the bear comes too close. We will also sleep with guns under our pillows, the gunshot noise will scare the bear away if it comes looking for food!
Adrian has just received his first position report for an Ivory gulls that was tagged in North Station. The gull has already traveled over 300 miles east.
In the next few weeks we will publish the web site address for any one interested in following the itinerary of our gulls!


Nous sommes finalement partis cet après-midi pour les îles HENRIK KROEYER HOLME où vivent plusieurs colonies de mouettes ivoires que nous espérons baguer et équiper de transmetteurs. Pendant notre vol, nous avons aperçu des morses et des ours.
L’île HENRIK KROEYER HOLME, où nous nous trouvons, fait environ un mile de long sur un demi mile de large. Son altitude n’est que de quelques pieds par rapport au niveau de la mer. L’île est un rocher entouré de glace. En fait il y a tellement de rochers qu’il est presque impossible de planter la tente dans le sol.
La seule construction de l’île est une minuscule caravane qui est utilisée une fois tous les deux ans par un employé de la station météorologique qui vient changer les batteries des équipements. Heureusement, la caravane est restée ouverte et nous pouvons l’utiliser comme cuisine ou bien comme salon. Avec les jumelles, nous avons aperçu un ours polaire à environ un kilomètre de nous sur la glace. Par précaution avant d’aller nous coucher, nous prendrons soin d’entourer nos tentes avec un fil de fer qui nous avertira si l’ours s’approche de trop près. Nous dormirons également avec des armes sous nos oreillers, la détonation effraiera l’ours s’il vient chercher de la nourriture!
Adrian vient juste de recevoir la première position de la mouette ivoire que nous avons équipée d’un transmetteur à la Station Nord. La mouette a déjà voyagé sur plus de 300 miles vers l’est.
Dans les prochaines semaines nous publierons le site Web pour ceux qui souhaitent suivre les parcours de nos mouettes.

Monday, July 9, 2007

Transit at the Station Nord - Transit à la station Nord

We are still in transit at Station Nord and are leaving tomorrow for the HENRIK KROYER HOLME islands. We will be staying there for a short week to observe the different species of bears, whales and of course the ivory gulls.


Nous sommes toujours en transit à la Station Nord et nous partons demain pour les îles de Henrik Kroyer Holme. Nous y resterons une petite semaine pour observer des espèces d’ours, de baleines et bien sûr de mouettes ivoires.

Saturday, July 7, 2007

Blue bird day



Brigitte Gilg collects flower and plant samples in a humidity-proof container. Samples will be sent to various labs for further analysis. Bliss Bugt area (in the northernmost part of Greenland)

Friday, July 6, 2007

Live Earth

Ben Gilg GREA/Ecopolaris: “The area around the camp has proven to be rich in Flora & Fauna thanks in part to an apparent micro climate. We have found many birds, including sandpipers as well as several types of geese. We made an exciting discovery of two small black geese thought to have almost disappeared from this area of Greenland. One was seen near the camp and the other sighted from the powered paraglider. Their behavior leads us to believe they are nesting.”
Today was spent surveying the area from the motorized parasail. Everyone on the team took advantage of this opportunity to experience the sensation of flight. To our great surprise we saw a flock of 500+ Pink-footed geese (Anser brachyrhynchus). Olivier estimates there are over 1000+ in this area. This is of great interest because pink-footed geese are very sensitive and breed only in Iceland and East Greenland.
Tomorrow is Live Earth, a 24-hour, 7-continent concert series taking place on 7/7/07 that will bring together more than 100 music artists and 2 billion people to trigger a global movement to solve the climate crisis.
Live Earth marks the beginning of a multi-year campaign led by the Alliance for Climate Protection, The Climate Group and other international organizations to drive individuals, corporations and governments to take action to solve global warming. Former U.S. Vice President Al Gore is the Chair of the Alliance and Partner of Live Earth.
In spite of the fact that there are no official events scheduled in Greenland, we will celebrate by continuing to make our own small contribution to the welfare of this world.
Take time to enjoy the Live Earth concerts, broadcast to a live worldwide audience by MSN at www.LiveEarth.MSN.com.


GREA/Ecopolaris: “la zone autour du camp s’est avérée avoir une faune et une flore très riches, cela est dû en partie à un micro climat évident. Nous avons trouvé beaucoup d’oiseaux, dont des Sandpipers
(Limicoles, Scolopacidae) et de nombreuses espèces d’oies. Nous avons fait la découverte intéressante de deux petites oies noires, Vernix Caravan, on pensait qu’elles avaient presque disparu du Groenland. la premiére a été vue prés du camp et l’autre depuis le para moteur. Leurs comportements nous mènent à croire qu’elles nichent.”
Aujourd’hui, nous avons survolé la région avec le paramoteur. Chaque personne de l’équipe a ainsi pu en profiter pour éprouver les sensations de vol. A notre grande surprise, nous avons vus une bande de plus de 500 oies à bec court (Anser Brachyrhynchus). Ben estime qu’il y en a plus de 1 000 dans la région. C’est d’un grand intérêt pour notre expédition parce que les oies à bec court sont trés sensibles et ne se reproduisent qu’en Islande et dans l’est du Groenland.
Demain est le jour du “Live Earth”, une série de concerts sur les 7 continents pendant 24 heures se met en place. Il y aura plus de 100 artistes et 2 millions de personnes pour déclancher un mouvement mondiale pour résoudre le problème du réchauffement climatique.
Live Earth marque le début d’une longue campagne menée par l’Alliance pour la Protection Climatique ( Alliance for Climate Protection), le “Climate Group” et d’autres organisations internationales pour amener les individus, les entreprises et les gouvernements à prendre des mesures contre le réchauffement climatique. L’ancien vice président Américain Al Gore est le président de l’Alliance et est partenaire de Live Earth.
Bien qu’il n’y ait aucun événement officiel au Groenland, nous le célébrerons en continuant notre petite action pour le bien-être du monde.
Prenez le temps d’apprécier les concerts de Live Earth, une émission avec une audience mondiale sur www.LiveEarth.MSN.com.

Thursday, July 5, 2007

Kaffeklubben

The last two days in Bliss Bugt have been spent making last minute preparations and fine tuning the engine of our powered paraglider. The take-off tonight was complicated because the wind was turning and not strong enough to allow for an easy take off from flat land. We finally lifted off at 7:14PM. 

After 35 min of flight we landed in the Northern most ‘real land’ mass of Greenland, an island called Kaffeklubben. (The name is Danish for Coffee Club.) Before landing, we surveyed an area within a 10 Km radius of Kaffeklubben from an altitude between 50 - 150 meters, sometimes as low as 10-20 meters (wow!!). We saw flocks of geese gliding in the air but Kaffeklubben was the only ‘real land’ in sight. Ben Bernard explained, “Flying north of Kaffeklubben I realized the extent at which we were at risk. The wind was at our back, pushing us north and we experienced wind turbulence which was unusual given the flat landscape. The reflection from the ice at low altitude was blinding and the ice was precariously thin making an emergency landing virtually impossible without dire consequences.” Given the challenging winds, our landing on the island was relatively smooth thanks to Ben’s expertise.

We spent over half an hour on the island collecting specimens and photographing moss, lichen, yellow Arctic Poppies and purple saxifrage. We also took photos for our partners and sponsors, in particular REVO. Their generosity and assistance has made this trip possible. We took off from Kaffeklubben by running down a slope with a 20m altitude. For about 30 more minutes we surveyed the land – sighting a family of Musk Oxes – before returning safely to base camp at Bliss Bugt. Brigitte greeted us with a dinner of foie gras and pasta that she had been saving for this celebration. 

Olivier Gilg GREA/Ecopolaris “The specimens collected by Luc and Ben are extremely rich; one stone alone holds five different species of lichen. In total, they collected three species of flowers: two – saxifrage and one Arctic Poppy, 10 lichen and one moss, identifiable thanks to its fruit. The moss will be sent to Norway for identification and the lichen to Denmark where certain samples will be used for genetic testing and further research.” The Arctic Poppy picked for GREA/Ecopolaris is indeed the northernmost flower in the world! (we did not feel “guilty” as there were several of them within meters of our collection point.
We believe that this is the first time a powered paraglider has taken off and landed on Kaffeklubben. While the distance between Bliss Bugt and Kaffeklubben is only about 20 km, given the thin quality of the ice, the island would have been very difficult to reach by foot or on skis.



Pendant les deux dernières journées à Bliss Bugt nous avons fait les préparatifs et réglages de dernières minutes sur le para moteur. Nous avons finalement décollé aujourd’hui à 19h14. Le décollage était difficile parce que le vent avait tourné et qu’il n’était pas assez fort pour permettre à l’avion de s'envoler aisément d’un terrain plat.
Après 35 minutes de vol, nous sommes arrivés sur le point de terre le plus au nord du Groenland, une île nommée Kaffeklubben (qui veut dire café club en danois), la seule terre ferme du lieu. Nous avons survolé la zone à une altitude allant de 50 à 150 mètres avec une visibilité de 10km. Nous avons ainsi pu voir des bandes d’oies voler. Bernard dit « C’est en volant au nord de Kaff Klubben que j’ai réalisé les risques que nous avons pris. Le vent venait de derrière et nous poussait vers le Nord. Nous avons rencontré des turbulences qui sont inhabituelles pour un terrain plat. La réverbération de la glace à basse altitude et le fait qu’elle soit relativement fine eu rendu un atterrissage forcé sans se mouiller quasiment impossible. »
Bien qu’il y ait eut du vent, notre atterrissage sur l’île fut relativement facile, grâce à l’expérience de Ben).
Nous avons passé 33 minutes sur l’île à collecter des échantillons et à prendre des photos de mousse, lichen et de pavots jaunes de l’Arctique. Nous avons également pris quelques photos pour nos sponsors, en particulier REVO. Leur générosité et assistance nous ont permis de réaliser cette expédition. Les espèces de pavots que l’on a emportées pour le GREA sont les fleurs les plus au nord du monde ! Nous avons redécollés de Kaffeklubben, en courant sur une pente qui a un dénivelé de 20m.
Nous avons examiné le territoire pendant une trentaine de minutes où nous avons aperçu une famille de bœuf Musqué avant de rentrer sans problème au camp de base à Blis Bugt où Brigitte nous a accueillis avec un dîner de pâtes et de foie gras qu’elle avait gardé spécialement pour l’occasion.
Olivier Gilg GREA/Ecopolaris « Les échantillons collectés par Luc et Ben sont très intéressants, une seule pierre contient 5 espèces différentes de lichen. Au final, ils ont ramené trois sortes de fleurs : deux saxifrages et un pavot de l’Arctique, 10 lichens et une mousse identifiable grâce a ses fruits. La mousse va être expédiée à Norway pour identification et le lichen au Danemark où certains échantillons seront utilisés pour la recherche génétique. Le pavot arctique pris pour le GREA/Ecopolaris est la fleur la plus au nord du monde! »
Nous pensons que c’est la première fois qu’un para moteur a atterri et décollé de Kaffeklubben. Bien que la distance entre Bliss Bugt et Kaffeklubben soit seulement de deux kilomètres, à cause de la mauvaise qualité de la glace, il aurait été impossible de rejoindre l’île à pied ou à ski.

Monday, July 2, 2007

Station Nord

Bliss Bugt est le point le plus au nord accessible par avion. Ici, nos seuls moyens de locomotion sont les skis et la marche.

We are in Station Nord, another Danish military/weather station base. Accommodations are very comfortable. We slept in military barracks and even took showers!
Today, we set a food trap and eventually captured an Ivory Gull. A transmitter was placed on the back and rings on both legs before setting the bird free. In the coming weeks it will be possible to follow its position on an internet website. This is very exciting because it is the first time Grea has put a transmitter on an Ivory Gull. Several Ivory Gulls that were ringed and studied four years ago are still here.
We have just been told that our plane will take off in one hour for Bliss Bugt. There is no weather report available for this area of Greenland so in order for the pilots to see if they can land, they have to literally fly there.
Bliss Bugt is the northern most location reachable by plane. From here our only means of locomotion will be hiking and skiing.


Nous nous trouvons à la Station Nord, une autre base militaire et météorologique Danoise. Les logements sont très confortables. Nous dormons dans des baraquements militaires et nous avons même pu prendre une douche!
Aujourd’hui, nous avons posé un piége avec de la nourriture et avons ainsi réussi à capturer une mouette ivoire. Nous avons placé sur ses pattes un émetteur et nous l’avons bagué avant de la relâcher. Dans les semaines à venir, nous pourrons ainsi suivre ses positions sur un site Internet. C’est très excitant parce c’est la première fois que le GREA pose un émetteur sur une mouette ivoire. Plusieurs des mouettes qui ont été bagués et étudiés il y a quatre ans sont toujours là.
On nous a informé que notre avion partirait dans une heure de Bliss Bugt. Il n’y a pas de rapport météorologique disponible pour cette zone du Groenland, donc pour savoir si les pilotes peuvent atterrir, ils doivent d’abord survoler la zone.
Bliss Bugt est le point le plus au nord accessible par avion. Ici, nos seuls moyens de locomotion seront les skis et la marche.

Sunday, July 1, 2007

Mesters Vig

We have been waiting in Mesters Vig for the last two nights for the weather to clear in Station Nord. Mesters Vig is a military base on the eastern coast of Greenland with only seven permanent residents and about just as many dogs!
Yesterday I discovered a SKUA nest while hiking to the ice cap. This morning at 5:30 we set a net trap over the nest and waited for about an hour for the mother bird to return to her eggs. Adrian successfully placed a transmitter on the SKUA and named it Lucy in my honor.
The only other animal sightings have been baby white rabbits!
We finally left Mesters Vig in the evening on a four hour flight to Station Nord. On arrival we discovered that the Ivory Gull colony that GREA studied four years ago is still here. They are going to attempt to place a transmitter on one of the birds tomorrow.


Nous avons dû attendre à Mesters Vig les deux dernières nuits, le temps que le ciel s’éclaircisse sur la Station Nord. Mesters Vig est une base militaire sur la côte est du Groenland avec seulement sept résidents permanents et environ autant de chiens!
Hier, j’ai découvert un nid de SKUA en avançant sur la banquise. Ce matin à 5h30 nous avons posé un piége au dessus du nid et nous avons attendu environ une heure que la mère revienne sur ses oeufs. Adrian a réussit à placer un émetteur sur le SKUA et il l’a nommé Lucy en mon honneur.
Le seul autre animal que nous avons réussit à attraper est un bébé lapin blanc!
Nous avons finalement quitté le Mesters Vig dans la soirée pour un vol de quatre heures vers la Station Nord. A notre arrivé nous avons découvert que la colonie de mouettes ivoires que le GREA a étudié il y a quatre ans est toujours là. Nous attendons demain pour placer un émetteur sur un des ces oiseaux.